VOUS CHERCHEZ UN CHIEN ?



Prendre la décision d'acquérir un chien est un acte qui doit être réfléchi car il va conditionner la quinzaine d'années qui viennent, pour vous et pour votre entourage. Il vous apportera certainement beaucoup de satisfactions et d'amour mais également certaines contraintes qu'il ne faut pas négliger avant l'achat.


Vous avez choisi la race ? Ces pages ont dû vous aider. Maintenant, un mâle ou une femelle ? Tout dépend... Si vous n'avez pas d'autres chiens, à vrai dire cela n'a aucune importance dans la mesure où on ne constate pas de différence de caractère entre les deux sexes. S'il y a déjà un toutou à la maison, vous serez peut-être tenté de former un couple. Pourquoi pas ? Mais il y aura des précautions à prendre au moment des chaleurs de la chienne. Sinon, votre maison sera bientôt envahie par de petits diablotins !
Une autre solution est d'opter pour une contraception, mais si elle n'est pas définitive (stérilisation ou castration), il est risqué de la faire pratiquer sur une femelle tout au long de sa vie.
Si votre but n'est pas la reproduction, le mieux est certainement de n'avoir que des mâles ou que des femelles, tout en sachant qu'il existe quelques désagréments au moment des chaleurs des demoiselles ! Quant au soi-disant problème des mâles qui urineraient partout dans la maison, c'est une légende dans la mesure où des chiens bien éduqués à la propreté n'ont aucune raison de se soulager à l'intérieur. S'il n'y a pas de femelle à la maison, c'est une raison supplémentaire de vous rassurer !

Encore deux petits arguments, mais qui ont leur importance : si vous voulez faire des expositions avec votre chien, le mâle sera toujours disponible, la femelle ne pourra pas être présentée à certaines dates ; quant au prix d'achat, la femelle est généralement plus chère que le mâle !

D'après les spécialistes, il se vend en France au moins 600 000 chiens par an. Entre 40 et 50 % d'entre eux sont vendus en dehors du circuit commercial légal. Le marché parallèle engrangerait donc au minimum 960 millions de francs par an.

MARCHE LEGAL

Il s'agit des éleveurs professionnels (ou déclarés élevages amateurs) qui vendent aux particuliers ou aux revendeurs ; et des revendeurs qui achètent donc aux éleveurs les chiots pour les revendre dans leurs magasins.

MARCHE ILLEGAL

Il y a d'abord ceux que l'on pourrait appeler les "faux éleveurs", possédant peu de femelles et souvent qu'un mâle avec des papiers réguliers. Ils achètent des chiots à l'étranger et les passent en fraude en France. Ces chiots sont alors déclarés descendants des couples possédés et vendus le plus souvent sans que le fisc en soit informé. Et puis il y a les trafiquants. Ceux-là passent en fraude à la douane les chiots achetés souvent sur les marchés de Belgique et de Hollande, et plus récemment dans les pays de l'Est, et les revendent en France sans aucune déclaration.

OU ET COMMENT ACHETER UN CHIOT ?

Les foires et les marchés aux chiens sont des manifestations qui se développent de plus en plus. C'est une nouvelle forme de vente, regroupant éleveurs et particuliers.
De leur côté, les éleveurs en profitent pour mieux faire connaître les races dont ils s'occupent, tout en sollicitant des réservations sur les futures portées.
S'ils proposent parfois des chiots de très bonne qualité, la plupart du temps il s'agit de chiots moins typés, à meilleur prix, ou ayant quelque défaut. Clairement annoncée, la transaction ne présentera que des avantages : pour l'éleveur, l'acheteur et l'animal qui deviendra un adorable chien de compagnie, dont les maîtres seront très fiers, mais qui n'aura certainement pas de pedigree.
Hélas, tous ne sont pas si honnêtes et le malheureux acheteur découvrira quelques mois plus tard que son superbe futur champion n'est qu'un charmant chien, parfois même n'ayant qu'un lointain rapport avec le standard de sa race. Tout ce que l'on peut souhaiter au chien dans ce cas c'est d'être accepté et aimé pour ce qu'il est... Quant aux particuliers, méfiance également... Ces vendeurs occasionnels peuvent se révéler être en fait des revendeurs qui trafiquent impunément, ou des faux amateurs qui essaient de placer des chiots sans papiers, etc. En fait, le meilleur côtoie souvent le pire dans ce genre de manifestation.
Les magasins d'animaux ne sont pas toujours tenus par d'honnêtes gens. Pourtant, la pire image de marque de ces commerçants n'empêche pas ces magasins de se multiplier partout en France, même sous forme d'hypermarchés. Hélas, les propriétaires de chenils ne sont pas toujours des amis des animaux... Leur seul objectif est d'écouler vite, et cher, leur "marchandise".
Le plus sûr est donc l'éleveur. Ainsi, on a plus de chance d'acheter un chiot ayant eu des contacts humains riches. Il en sera d'autant plus équilibré.

LE CHOIX DU CHIOT

Mieux vaut prendre le maximum de précautions avant d'acheter un chiot chez un éleveur car, ce n'est un secret pour personne, l'éleveur honnête côtoie aussi l'indélicat.
Lorsque vous vous serez décidé pour un élevage et qu'on vous présentera une portée, le chiot le plus vif sera certainement le plus joueur, celui qui réussira le mieux sa socialisation.
Il doit avoir les yeux brillants, non larmoyants, sa peau doit être élastique, sèche et tiède au toucher, son corps musclé, sa truffe tiède, son arrière-train propre et sentant bon. Dans le cas contraire, si vous cédez à un sentiment de pitié bien compréhensible, vous pouvez vous engager à bien des déboires.
Les mauvaises habitudes se prenant dans les premiers mois, un éleveur sérieux aura inculqué les premiers principes d'éducation à ses chiots, la tâche vous sera donc facilitée si vous optez pour un animal de quatre mois et plus, dans la mesure où les conditions de vie qu'il avait chez l'éleveur sont compatibles avec celles que vous allez lui offrir. Sinon, prenez un chiot de deux et mois ou trois mois, mais pas plus jeune.
Il faut savoir que l'éleveur doit vous remettre un certain nombre de documents, pour la plupart obligatoires. Ne vous engagez pas sans avoir vérifié que la vente sera tout à fait légale : la carte de tatouage, le carnet de vaccinations, l'attestation de vente, le certificat de naissance.

Pour un complément d'information,
vous pouvez consulter les nouvelles dispositions
de la loi n° 99-5 du 6 janvier 1999
relative aux animaux dangereux et errants
et à la protection des animaux (1).
Elles comportent des articles concernant la vente des animaux domestiques.